Accueil | Vidéos | La loge maçonnique P2 et terroriste -1983 (Propaganda Due)

La loge maçonnique P2 et terroriste -1983 (Propaganda Due)

Le 17 mars 1981, des unités de la police judiciaire italienne perquisitionnent à Arezzo chez un riche industriel, Licio Gelli. Elles mettent la main sur un fichier de centaines de noms qui composent la loge maçonnique P-2 (Propaganda Due). Y sont affiliés tous les chefs des services secrets, des ministres, des parlementaires, des magistrats, des banquiers, des chefs de groupe de presse.

Bref, c’est un véritable État dans l’État qui vient d’être mis à jour. Le gouvernement italien est immédiatement démis de ses fonctions et une commission d’enquête parlementaire est instaurée.

Licio Gelli, le « Vénérable », comme on l’appelait en Italie, au fil d’une enquête qui durera 13 ans, la loge P2 – interdite en 1981 -, et le nom de Gelli apparaîtront peu ou prou dans tous les scandales des 30 dernières années: le krach de la banque Banco Ambrosiano, dont le président, Roberto Calvi, fut retrouvé pendu sous un pont de Londres en 1982, Tangentopoli (affaires de pots de vin) ou l’existence d’une structure paramilitaire secrète anticommuniste, Gladio.

Entré dans la franc-maçonnerie dans les années 1960, il crée la loge P2 en 1970, qui va peu à peu infiltrer tous les rouages de l’Etat et de la société, et sur laquelle toute la lumière n’a jamais été faite. L’un de ses membres les plus connus n’est autre que l’ancien chef du gouvernement Silvio Berlusconi.

La presse italienne à indiquer, qu’il aurait également travaillé pour les services secrets américains, la CIA, dans les années suivant la Seconde guerre mondiale.

Mais de nombreuses questions restent ouvertes : Gelli était-il le seul responsable exécutif de la P-2 ? De quelles complicités a-t-il bénéficié lors de son évasion en 1983 de la prison genevoise de Champ-Dollon ? Quels sont ses liens exacts avec le réseau Gladio ?

Licio Gelli, 96 ans, est mort mardi 15 décembre à Arezzo (Toscane). Et sa tombe est pleine de secrets. Dire de cet homme qu’il était « trouble » est un euphémisme. Son nom se retrouve dans toutes les chroniques sulfureuses de l’Italie contemporaine. Il connaissait les hommes et leurs mystères, savait en jouer comme d’un clavier d’orgue, au service d’une vision du monde qu’il avait héritée de sa jeunesse fasciste.

C’est le 17 mars 1981 que Licio Gelli sort de l’ombre où il aimait se mouvoir. Ce jour-là, les carabiniers, qui enquêtent sur le crack d’une banque impliquant la Mafia et la banque du Vatican, découvrent dans la « villa Wanda », la propriété de Licio Gelli, une liste de 962 noms affiliés à la loge maçonnique Propaganda 2 (P2) dont Gelli, homme discret et toujours tiré à quatre épingles, est officiellement le Vénérable après y être entré au début des années 1970. Les pandores mettront également la main sur 179 lingots d’or d’un poids total de 168 kg dont la provenance reste mystérieuse.

On trouve de tout dans cette liste. De l’état-major complet des services secrets italiens à Silvio Berlusconi (qui n’est encore qu’un entrepreneur) en passant par des hommes politiques, des banquiers d’affaire, des journalistes. Officiellement fabricant de matelas, Licio Gelli est l’ordonnateur de ce réseau d’influence infiltré jusque dans le cœur de l’État. « De la tentative de coup d’État de Junio Valerio Borghèse (en 1970), il n’y a pas un épisode de l’édification tourmentée…

L’existence du livre majeur Au nom de Dieu du célèbre journaliste anglais David Yallop, essentiel pour la compréhension du scandale de la loge P2 (affiliée au GODF) et de l’assassinat du pape Jean-Paul 1er.

%d blogueurs aiment cette page :