Accueil | Réseaux Occulte | George Soros et la drogue : les secrets de Judapest par Laurent Glauzy

George Soros et la drogue : les secrets de Judapest par Laurent Glauzy

image……

« La guerre à la drogue s’est concrétisée par une perte de mille milliards de dollars » (Soros). Le milliardaire de l’Open Society Foundations (OSF) – qui est un réseau de fondations ayant pour but de promouvoir en théorie les droits de l’homme et des réformes économiques, sociales et juridiques – exposait ses arguments fallacieux dans un article du Financial Times intitulé : A futile War on drugs that wastes money (Une guerre futile contre la drogue qui fait perdre de l’argent)

George Soros, né György Schwartz, réitère depuis plusieurs années ce genre de propos subversifs. Dans le Washington Post, il déclarait : « Ma seule crainte est que la guerre contre la drogue nuise à la structure sociale. » Et, « depuis quarante ans, les gouvernements du monde entier ont dépensé des sommes gigantesques pour conduire une politique répressive, au détriment d’autres programmes. » Le milliardaire, qui fait allusion à la politique de légalisation de la drogue dont il est le soutien généreux, argumente sans vergogne : « La lutte contre la drogue n’est pas seulement un gaspillage d’argent, elle est contre-productive. La prohibition et la lutte contre la drogue ont fait plus de mal que de bien. »

« Pendant des années, mon Open Society Foundations a soutenu des programmes de réduction de propagation des dommages en mettant fin à l’échange des seringues – une manière prouvée et économique de prévenir la transmission du HIV. Un pays qui investit un dollar dans l’échange des seringues, économise au final 27 cts. » Ce modèle de propagande est bien entendu fantasmagorique.

………………………………………………….

De l’ONU à une légalisation mondiale de la drogue

En fait, Soros prône, en termes déguisés, la drogue comme instrument de contrôle de la population et d’annulation de la vie humaine. L’homme doit devenir un instrument des élites satanistes qui dirigent ce monde, comme l’explique si bien Bill Schnoebelen, ponte repenti de l’Église de Satan, ou encore le père Regimbal, assassiné en 1988.

Le requin judéo-hongrois, d’un air lucide et avec une audace propres aux plus grands criminels, expose : « Prenons le cas de la Colombie. Quand les forces de l’ordre colombiennes ont opéré un tour de vis au trafic national de la cocaïne, la violence s’est déplacée au Mexique. Le rapport de la London School of Economics (LES) estime qu’après 2007, les politiques d’interdiction du gouvernement colombien ont causé une augmentation de plus de 20 % du taux des homicides au Mexique. »

Il va sans dire que Soros essaie, par cette rhétorique, de rendre toutes les populations dépendantes de la drogue, plutôt que de munir l’ensemble des nations de moyens prohibitifs pour éviter que le mal ne s’étende.

Le magnat est un expert de la Colombie : « Bogota exporte vraiment une grande menace. L’explosion du marché illégal de la drogue, entre 1994 et 2008, a entraîné une augmentation de 25 % des homicides en Colombie, soit 3 800 morts par an. (…) Ce type de violence mène au départ des multinationales, à l’assèchement des investissements étrangers, au déclin des industries et à la fuite de la population, en quête d’une vie meilleure. Ceci est particulièrement vrai aux États-Unis qui, avec moins de 5 % de la population mondiale, représentent environ 25 % de la population carcérale de la planète. »

Soros affirme qu’« à l’assemblée générale de l’ONU de 2016, il y aura une révision du système de contrôle des drogues. La politique prohibitionniste ne peut répondre seule au problème global de la drogue. »

La drogue, avec un bénéfice de 500 milliards de dollars par an – qui est la troisième source de revenu dans le monde, après le commerce du pétrole et de l’armement, détenu par les Rockefeller et les Du Pont de Nemours depuis la guerre de Sécession – est une marchandise parfaite : elle se produit économiquement, se consomme rapidement, crée la dépendance et est donc un marché éternel. C’est ce marché juteux que lorgne Soros. De plus, le capitalisme global, qui se dirige vers la phase terminale d’une gouvernance mondiale pour une dictature satanique et planétaire, a compris que la drogue est un instrument de contrôle des populations par excellence.

Ce procédé imparable avait été compris par le trésorier d’Ahmet Pacha, gouverneur de Bagdad, le communautariste David Sassoon à l’origine de la diffusion de l’opium en Extrême-Orient et de toutes les guerres qui y sont liées. Son fils, surnommé « le Rothschild des Indes » sera même anobli par la reine Victoria !

………………………………………………………….

Les dealers Bill Clinton & George Bush

La bataille pour la libéralisation de la drogue par l’ultra-capitaliste apocalyptique Soros dure depuis des décennies. L’Open Society Foundations, l’organisme de Soros fondé en 1979, travaille à ce dessein avec un autre instrument entre les mains des Illuminati et des services secrets britanniques, le Tavistock Institute, dont les Beatles furent le produit. Dès les années 1960, les Warburg, principaux soutiens de cet institut, financèrent les célèbres laboratoires Sandoz pour la production du LSD. Berlinois de naissance, né sous la période de l’Allemagne national-socialiste, réservé mais très pragmatique, Aryeh Neier, bien entendu activiste des droits de l’homme, est investi par Soros comme dirigeant de l’Open Society Institute (ancienne appellation de l’OSF jusqu’en 2011), avec un budget, en 1993, de 500 millions de dollars. Dans un article de 2003, Neier se rappelle avec gratitude de Soros, de son programme des années 1960 sur la dépénalisation de la marijuana, de la méthadone, de l’entretien des héroïnomanes et des programmes alternatifs aux peines de détention. Un programme qui permet à Soros de continuer à écouler sa dope. Il va sans dire que l’argent de Soros affaiblit énormément toute politique prohibitive, ratatinée après la décennie de Reagan. Les campagnes antidrogues étaient menées par Nancy Reagan. Le Wall Street Journal du 7 février 1996 mentionne : « Au début des années 1990, les mouvements pour la libéralisation des drogues n’étaient pas encore coordonnés. » La situation bascule quand, sur ordre de Soros, les financiers internationaux arrosent principalement trois projets de dépénalisation de la drogue : six milliards de dollars à la Drug Policy Foundation ; quatre millions au Lindesmith Center (fondé en 1994 par Ethan Nadelmann) ; trois millions à la Drug Strategies, ainsi que plusieurs institutions américaines. La Drug Policy Foundation était dirigée par Mathea Falco, grand soutien de la libéralisation du cannabis et épouse de Peter Tarnoff, un gros bonnet du Council for Foreign Relations, et proche du président américain Bill Clinton, de 1993 à 2001. Quelle étonnante coïncidence ! Dans Compromised : Clinton, Bush & CIA, Terry Reed, ancien pilote de la CIA, révèle que Bill Clinton et des membres éminents de la CIA proches de George Bush participaient à des réunions secrètes de la CIA. Chaque semaine, plus de neuf millions de dollars étaient acheminés vers l’Arkansas pour des opérations de blanchiment. Cet ouvrage démontre comment la famille Bush a organisé des trafics de drogue et comment Bill Clinton abusait de son poste de gouverneur de l’Arkansas de 1983 à 1992. Concernant George Bush sr., président des États-Unis de 1989 à 1993, Terry Reed atteste que les tours de forage Zapata, dont il était le propriétaire, ont servi à introduire de façon illégale de la drogue aux États-Unis. Elles étaient déchargées sur les plates-formes de forage situées au large du Texas. Les petites embarcations qui venaient des plateformes n’étaient jamais contrôlées par les douanes. Terry Reed affirme avoir vu George W. Bush, président américain de 2001 à 2009, s’occuper personnellement de la réception de la drogue, à partir d’une base aérienne de l’armée américaine[1]. En 2000, la DPF et le Lindesmith Center fusionnent pour devenir la Drug Policy Alliance (DPA). La DPA finança des entités anti-prohibition dans le monde entier, comme la Lega Internazionale Antiproibizionista (LIA), en Italie, pays qui présenta une liste anti-prohibition lors d’élections européennes.

[1] Terry Reed, Compromised : Clinton, Bush & the CIA (Compromis : Clinton, Bush et la CIA), Lincoln, 1994, p. 32.

……………………………………………………….

Mao Tsé-toung, le pédophile, maître à penser de Soros

Mao Tsé-toung, le pédo-criminel, maître à penser de Soros Soros aurait une ruse hors du commun, obsédé non seulement par l’appât du gain, mais aussi par le profond désir de pouvoir modeler le monde à son gré. Le directeur du très louche Carnegie Endowment for International Peace, Morton Abramowitz, expose : « Soros est, aux États-Unis, le seul à pouvoir mettre en pratique sa politique étrangère. » Dans son livre paru en 2005, On Globalisation (Sur la mondialisation), le « messie » milliardaire indique qu’il veut « devenir la conscience du monde ». Soros se passionne pour le pédophile et sanguinaire Mao Tsé-toung, premier président de la République populaire de Chine de 1954 à 1959. Juif et adolescent dans la Hongrie des lois raciales, il réussit à se cacher, grâce aux contacts du riche père Tivadar, dans la famille d’un cadre du ministère de l’Agriculture, sous le pseudonyme de Sandor Kiss. Quand les communistes arrivent à Budapest, Soros se réfugie à Londres chez des parents. Il étudie à la London School of Economics, institut avec lequel il maintient encore aujourd’hui d’excellents rapports. Dans la biographie Soros, the Life and Time of a Messianic Billionnaire (Soros, la vie et l’époque d’un milliardaire messianique), l’auteur Michael T. Kaufman soutient que l’étudiant György fut fortement attiré par le communisme. Harold Laski, un enseignant charismatique, affirme qu’il opéra une réconciliation entre marxisme et démocratie. En 1956, Soros débuta son travail de trader à la City. Il travaille alors à la F.M. Mayer, une agence de change de troisième ordre qui, néanmoins, lui permet d’accumuler les moyens financiers nécessaires à son débarquement à Wall Street, où, selon la version officielle, il amasse une fortune colossale. Soros doit surtout sa fortune au fait qu’il appartient au rang des familles Illuminati, au Comité des 300 (dynasties dirigeant le monde), comme le confirme le Dr John Coleman, ancien officier du MI-6, auteur de plusieurs ouvrages démasquant la réalité d’un complot sataniste. En effet, la fortune de Soros ne devrait rien à une supposée réussite ou à quelques placements judicieux. Poème pédocriminel de Mao « Snow (1930) Softly over the fields, and in deep drifts The fine, clean snow buries the bosom of china In a coat of fine and uniform whiteness Just as I, when I retire to my room at night, Do to a tranny peasant hooker from Tudong Province I look upon the snow on a chilly winter’s night From my lonely room in the Forbidden City Each snowflake fits with its brothers and sisters Coating the streets of wondrous Beijing While I jack off to bestiality I knew a girl once, with skin like this snow Her eyes shone like a December moon But I, in the heat of my boyish desires And condemned her to die for not blowing me [Pendant que je devenais bestial, je connus une fille avec la peau comme la neige, ses yeux brillaient comme une lune de décembre. Mais dans la chaleur de mes désirs de garçon, je la condamnais à mort parce qu’elle refusa me faire une fellation.] »

(source : Encyclopedia)

…………………………………………………………………………

De la Mafia casher à Fidel Castro Est-ce alors un hasard si George Karlweis, un proche de Soros, était un gourou financier des Rothschild ? Avec Rober Vesco, il recueillit des milliards de l’Anti Defamation League, le groupe de pression hébraïque fondé en 1913 par le B’nai B’rith. Parmi les financiers de Vesco, il y avait Meyer Lanski, le principal personnage du soi-disant « Syndicat hébraïque », également appelé « Mafia Casher ». Lanski, ancien associé de Lucky Luciano, avec l’aide de son coreligionnaire Bugsy Siegel, mafieux américain de la Yiddish Connection, a créé Las Vegas qui, avant 1945, n’était qu’un village perdu dans le désert. Après une première escroquerie de 260 millions de dollars, Robert Vesco est introuvable : de Wall Street, il finit à Cuba où il est accueilli personnellement par le Juif Fidel Castro[1], qui lui assure ne s’intéresser ni à ses activités aux États-Unis, ni à sa fortune. D’après plusieurs personnes, Vesco devient un agent des services cubains d’espionnage industriel. Cependant, en 1996, il est accusé de fraude aux dons par Antonio Fraga Castro, cousin du chef. Il écope de treize années de prison. La piste la plus intéressante concernant les réseaux de Vesco provient d’une enquête de Miami, où l’ancien spéculateur de Wall Street fut accusé de trafic de drogue, avec Carlos Enrique Lehder Rivas, mégalomane qui a cofondé le cartel de Medellin avec le fameux Pablo Escobar. Di Lehder Rivas se dit que Vesco était le bras droit du narcotrafiquant yankee George Jung, immortalisé par Johnny Depp dans le film Blow, qui fait l’apologie de la cocaïne. Donc, dans le livre Dope, Inc, Jeffrey Steinberg explique qu’une partie du flux financier de Quantum Fund, premier fonds offshore de Curaçao, dans les Antilles néerlandaises, créé en 1969 par Soros, pourrait être lié à la plus haute sphère du trafic de drogue mondial. D’ailleurs, Quantum Fund, qui se situe non loin de plantations de coca, est structuré de sorte à échapper à tous les contrôles. Ce n’est donc pas un hasard si ce fonds investit l’argent de ses premiers partenaires financiers, principalement celui de la Banque Rothschild Paris. Pour les besoins de la politique d’entreprise, aucun citoyen américain dans les bureaux de Quantum Fund. Par conséquent, le FBI et les autres organes de contrôle américains ne peuvent enquêter sur ses affaires. Les fonds d’investissement de Soros semblent révéler une capacité absolument incroyable à prévoir les fluctuations financières. Un investissement de cent mille dollars réalisé en 1968 lui rapporta, en 1997, une valeur de 353 millions de dollars ! En 1978, le Quantum Fund réalisa un gain de 55 %, avec une capitalisation de 103 millions de dollars — selon ses biographes, ce capital représente lle premier magot de la vraie fortune de Soros. Malgré cette richesse inouïe, le prince de Wall Street est contrarié. Son intelligence luciférienne le pousse à ne pas se contenter de ces succès ordinaires. Que faire de cet argent qu’une vie entière ne suffirait à dépenser ? C’est pourquoi, en 1979, Soros forma l’Open Society Institute, centre prétendument « philanthropique » qui lui sert à réaliser ses visions philosophiques, derrière lesquelles se cachent ses projets de rentabilisation de la drogue à l’échelle planétaire. L’OSI se présente au monde comme un œuvre caritative, la reine des ONG, un richissime organisme qui applique des politiques mondiales par des voies non gouvernementales, en synergie avec les hautes sphères des pouvoirs transnationaux. Avec l’ONU, où Soros explique que cette supra-gouvernance promeut la non-prohibition de la drogue, l’OSI constitue l’armature de la prochaine dictature mondiale. Si l’Afrique du Sud de l’après-apartheid est une occasion parfaite pour mettre en route ses plans mondialistes, il en est de même pour la Russie postsoviétique, qui constitue aujourd’hui un des intérêts principaux de Soros. Cependant, l’actuel président russe, Vladimir Poutine, est une entrave à ses visées. Le Frankfurter allgemeine Zeitung du 23/6/2014 annonçait que le tsar du Kremlin envisageait de fermer en Russie la chaîne de restauration rapide McDonald’s. En quelques heures, plus de dix mille internautes russes ont appuyé ce projet. Soros rêve d’un monde sans États, fondé sur des lois que nous pouvons imaginer sans peine : la toute puissance de l’économie, des multinationales avec, par exemple, cent mille goyim qui triment dans les plantations de canne à sucre du Brésil, servant à la production de l’éthanol, bien plus polluant que n’importe quel carburant. Une réalité que les officines de l’écologie officielle et la presse occidentale liées aux affaires du capitalisme se gardent bien de divulguer. Soros est un des principaux propriétaires de ces plantations, où la moindre révolte est punie de mort. Des prêtres missionnaires, qui avaient pris la défense de ces nouveaux esclaves, ont déjà été tués par des patrouilleurs en jeep[2]. Préparation d’une société d’esclaves Le commerce de la drogue – moyen avec lequel la partie la plus réactive de la société, c’est-à-dire les jeunes, sont anesthésiés, ou plus exactement narcotisés – joue un rôle de première importance dans ce projet gigantesque de redéfinition de l’humanité. Ces générations toxico-dépendantes ne pourront plus se dresser contre le pouvoir qui les dépouille. C’est dans ce dessein qu’en 2011, en pleine crise de la dette, la Grèce se montrait plus tolérante envers les consommateurs de stupéfiants : le ministre de la Justice socialiste, Miltiades Papaïoannou, annonçait la dépénalisation de la consommation et de la possession « en petites quantités » de toutes les drogues. Athènes suit dans ce sens l’exemple de l’Espagne et du gouvernement de Felipe Gonzalez, également socialiste qui, en 1983, dépénalisait la consommation de drogue à titre individuel. Les conséquences furent tellement désastreuses que, dix ans plus tard, ces mêmes socialistes espagnols étaient contraints de faire machine arrière. Feuilles de vigne, feuilles de coca Dans son autobiographie parue en 1995, Soros on Soros, le milliardaire dépeint un monde de distribution contrôlée, rendant légalement disponible la majeure partie des drogues, excluant les plus dangereuses comme le crack, qui ont l’inconvénient de tuer le client trop rapidement. Initialement, Soros maintiendrait les prix bas pour détruire le narcotrafic. Une fois l’objectif atteint, il augmenterait les prix par le jeu des taxes, mais ferait une exception pour les toxicodépendants enregistrés, à seule fin de décourager le crime qui pourrait entacher ce nouveau commerce. Ce jeu Illuminati présente sous un visage humaniste une véritable culture de mort rentabilisée par ses tenanciers. Une partie de la recette irait à la prévention [pour se défaire de la concurrence] et au moyen de production. Soros tire profit des difficultés économiques nationales pour imposer sa culture de mort et ses ambitions affairistes. En 1985, la Bolivie, qui se dirigeait vers l’hyperinflation, semblait incapable de rembourser le Fonds monétaire international. Le gouvernement du sucre appela comme conseiller Jeffrey Sachs. Ce professeur d’Harvard, directeur d’Earth Institute (institut para-écologiste attaché à la théorie mensongère du « développement durable », c’est-à-dire à la décroissance), mit en pratique la shock therapy, la libéralisation totale du marché bolivien, avec l’annulation des taxes sur les importations, jusqu’aux subventions publiques. En outre, il fit indexer la monnaie nationale, le boliviano, sur le dollar. Une recette qu’il tenta d’exporter ensuite en Pologne, en Estonie, en Slovaquie et en Russie, sous la présidence d’Eltsine, de 1991 à 1999. Plusieurs observateurs notèrent à l’époque que la grande libéralisation de la Bolivie conduite par Sachs pour le compte du FMI n’était autre qu’un moyen de brader le pays aux narco-mafias. Le célèbre Evo Morales était devenu, en 2006, le chef du mouvement du cocalero, qui défendait les cultivateurs de coca. La Bolivie devint alors un narco-État. Dans les années 1990, Morales fut, bien entendu, un pion apprécié de la politique anti-prohibition, financé par Soros et le FMI : l’ennemi était le président-dictateur Hugo Banzer, qui proposait un plan quinquennal pour l’éradication de la feuille de coca. De 1990 à 2000, le président péruvien Alberto Fujimori retira 40 % des champs aux narcotrafiquants. Le Département d’État américain, le FMI, l’Human Rights Watchet une pléthore d’ONG cataloguèrent alors ce chef d’État, d’origine japonaise, comme dictateur. Accusé du massacre de Barrios Altos et de violations des droits de l’homme, il s’exila pendant six ans avant d’être extradé vers le Pérou et condamné, en 2009, à 25 ans de prison. Le massacre de Barrios Altos eut lieu le 3 novembre 1991, à Lima. Quinze personnes, dont un enfant âgé de huit ans, ont été tuées par des assaillants identifiés comme les membres du Groupe Colina, un escadron de la mort constitué de membres des Forces armées péruviennes. Comment ne pas voir dans cette opération une manipulation de la CIA qui, de plus, contrôle le commerce mondial de la drogue, conjointement avec les services secrets britanniques ? En outre, l’accusation de violation des droits de l’homme n’est-elle pas le prétexte utilisé par les nations criminelles maçonniques occidentales pour justifier leur droit d’ingérence ? Soros versa un million de dollars à Alejandro Toledo, président péruvien de 2001 à 2006. Ce politicien, qui conduisit des révoltes particulièrement violentes, mit en minorité le parti de Fujimori. On pense que l’argent de Soros passait par la femme de Toledo, Éliane Karp, anthropologue à la fois belge, française, américaine et péruvienne, d’origine juive. Quand quelqu’un se dresse contre le narcotrafic, il rencontre toujours des opposants financés par Soros. « La guerre à la guerre de la drogue » invoquée par Soros est une réalité sanguinaire, lancée depuis des années sur la scène politique mondiale.

Laurent Glauzy

[1] Si la judaïcité de Castro demeure peu connue en France, elle est souvent avancée dans les ouvrages du théologien catholique (traditionnel) allemand Johannes Rothkranz. Le journal israélien Haaretz du 25/9/2010 cite le président Netanyahou affirmant que « Fidel Castro a une profonde compréhension de l’histoire juive ». Le président cubain affirmait qu’« Israël avait immanquablement le droit d’exister ».

[2] L. Glauzy, Atlas de géopolitique révisée (chroniques 2003-2010), art. Éthanol : quand Lula rêve d’un tsunami vert, pp. 351-356.

…………………………………………………………………………………

L’Italie : une conquête de Soros.

Italie : la conquête mafieux-pornographique de Soros L’Italie est, en Europe, une des nations les plus ouvertes aux financements de Soros, comme l’atteste le parti radical de centre-gauche, avec Emma Bonino, ancienne ministre des Affaires étrangères pro-israélienne, et Marco Pannella, qui se définit comme radical, socialiste, libéral, fédéraliste européen, anticlérical, anti-prohibitionniste, antimilitariste et adepte de Gandhi. En 2013, ils présenteront la Liste Amnistie, Justice, Liberté. Bien que très minoritaire dans le jeu politique italien, cette formation a eu une influence déterminante sur de nombreuses questions de société, notamment dans le cadre de la dépénalisation de l’avortement en Italie. De plus, Emma Bonino et Marco Pannella ont été associés à de nombreuses initiatives provocatrices destinées à faire « avancer la société », notamment avec l’ancienne actrice de films pornographiques, la Cicciolina, élue au parlement en 1987 sous l’étiquette du Parti de l’amour. Ilona Staller, de son vrai nom, est d’origine « hongroise ». Les radicaux, en particulier Emma Bonino, sont soutenus par le financier Licio Gelli, né en 1919 (non encore euthanasié), maître maçon de la loge P2, proche de Silvio Berlusconi, président du conseil des ministres de 2008 à 2011. Licio Gelli a été l’un des principaux appuis de sa montée au pouvoir[1]. C’est dans ce marigot alliant la franc-maçonnerie, la pornographie, l’anticléricalisme et sans doute la mafia, que le György compte ses plus fidèles alliés. Avec lui, les radicaux conduisent plusieurs campagnes, dont celle de 1996, afin d’instituer un tribunal permanent pour les crimes contre l’humanité. Soros prit même la carte de la rose dans le poing. Il est légitime de penser que c’est la main de Soros qui dirigeait les investissements des radicaux dans les pays d’Europe de l’Est, après la chute du mur de Berlin, en novembre 1989 : György plaça des milliards de dollars dans des affaires philanthropiques et les radicaux ouvrirent des bureaux dans chaque capitale slave. Il est à supposer que certains émissaires furent tués, dans une lutte d’influence, par les héritiers du KGB[2]. Drogue et éducation des parents Dans les années 1990, Emma Bonino entreprend plusieurs voyages à New York pour rencontrer le magnat. Plus récemment, en 2013, les radicaux italiens ont d’ailleurs mis en ligne une vidéo, intitulée Droghe, la legalizzazione illustrata agli adulti (Drogues, la législation expliquée aux adultes), faisant la promotion de la légalisation de la drogue. Emma Bonino et Marco Pannella étaient présents, en septembre 2013, dans la propriété de Soros située à Bedford, près de New York, où le milliardaire célébrait, à 83 ans, son troisième mariage avec Tamiko Bolton, 42 ans, une consultante sur les questions de santé et d’éducation ! Devons-nous voir un lien entre la formation de son épouse et ses prises de position ? S’agit-il d’un hasard ? Quoi qu’il en soit, cette même année, la Soros Foundation subventionnait le gouvernement de centre-gauche croate, pour imposer, dans les programmes scolaires destinés à des enfants de huit ans, un module sur la sexualité rédigé par des pédophiles. Néanmoins, les radicaux ne sont pas la seule cinquième colonne de Soros en Italie. Soros, qui causa la dévaluation de la lire en 1992, se sert des radicaux comme point d’encrage. Pour donner une idée du niveau de servilité de l’Italie vis-à-vis de György, il faut se rappeler le cas bruyant, en 1995, du doctorat honoris causa que Prodi faisait attribuer au monstre magyar. Beppe Grillo : un antisémite de pacotille Le célèbre humoriste de gauche Beppe Grillo, le pitre de Ligurie, dans un spectacle de 2003, qualifiait Soros et le partisan de l’avortement Ted Turner, un magnat des médias américains, d’« exemples de capitalisme éthique ». Pourtant, Beppe Grillo est connu pour avoir effectué une percée, lors du dernier scrutin aux élections européennes, le 25 mai 2014, avec 21,7 % des suffrages. Son Mouvement 5 étoiles arriva en tête des résultats. Son obéissance au système et à Soros fit bien vite oublier un de ses écarts. Il fut accusé d’antisémitisme lorsqu’il invectiva le journaliste télévisé Gad Lerner : « Je l’enverrais bien se promener à Gaza avec sa calotte de juif sur la tête » ; « Hitler était certainement un fou malade, mais son idée d’éliminer les Juifs était d’éradiquer leur dictature financière. » Cependant, toutes les nations ne font pas les yeux doux à Soros. Bien au contraire. Par exemple, l’Indonésie, autre pays dont György fit sombrer la monnaie nationale dans une opération de spéculation, le fit condamner à la prison par contumace. Poutine a lancé un mandat d’arrêt international contre Soros. Le président russe avait alors galvanisé la moitié du monde. Soros, qui riposta en retirant le milliard de dollars qu’il avait promis à ses ONG sur le sol russe, parla ensuite de la Russie comme d’un « agresseur géopolitique de l’Europe ».

Laurent Glauzy

[1] Arte Thema du 1/2/2011.

[2] Roberto Dal Bosco, La ballata russa dei radicali morti, art. du site catholique Effedieffe.com du 3/6/2013.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :