Accueil | Archéologie | La collection du Père Crespi : il recueillit un nombre considérable d’artefacts

La collection du Père Crespi : il recueillit un nombre considérable d’artefacts

Le père Crespi né en Italie en 1891, missionnaire Catholique italien et homme de science, a consacré sa vie à l’Equateur en 1921, Carlo obtint un diplôme en sciences naturelles avec une spécialisation en botanique à l’Université de Padoue, discutant d’une thèse intitulée Contribution à la connaissance de la faune d’eau douce de l’Estense et des localités voisines. Marécages, canaux, fossés, sources des Euganéens, lacs d’Arquà et Venda. Après trois mois, il est diplômé, dans la même ville, en piano et en composition au conservatoire Cesare Pollini. Éducateur, anthropologue, botaniste, explorateur, directeur de la photographie, humanitaire et musicien, son insondable richesse de talents et de bienveillance a servi et illuminé pauvre, en reconnaissance de laquelle une sculpture impressionnante à sa mémoire a été érigée à Cuenca, sa ville d’adoption, par une population adorée.

Il a été béatifié par l’Église catholique pour avoir vécu 60 ans comme missionnaire chez les Kivaros, un peuple équatorien.

Parti explorer les profondeurs de l’Amazonie pour y convertir des tribus retirées, est le premier à rencontrer et à filmer les Shuar-Achuar, une population de 70 000 Indiens répartis en 400 tributs nommés ”Los Invencibles Shuar del Alto Amazones”. Le terme ”invincibles” provient du fait que ni les Incas ni même les conquistadors ne sont jamais parvenus à les dominer.

L’extrait du film ci-dessous est tiré de « Los Invencibles Shuar del Alto Amazones » tourné en 1927 par le salésien Padre Carlos Crespi, le premier film de la vie communautaire et de la culture Shuar jamais réalisé.

Le père Crespi est devenu proche des populations Indiens d’Équateur et était une personne très respectée parmi les tribus. Au cours de sa vie de missionnaire, il recueillit un nombre considérable d’artefacts et se fit même mener à l’endroits où les indiens les avaient trouver afin de vérifier leur origine, dont une grotte à l’entrée tailler la » Cueva de los Tayos » ( Las Cave des Colibris).


Previous Image
Next Image

info heading

info content

L’explorateur Argentino-Hongrois “Juan” Moricz eût les renseignements et à son tour essaya d’y entrer en lançant une expédition en 1969. Moricz clama qu’il réussit à y entrer, y découvrit de l’or, des inscriptions curieuses et une bibliothèque de métal, ce que raconta Von Däniken en 1973 dans son livre: ”L’or des Dieux” où il relate sa rencontre avec Moricz. Cependant pour des raisons obscurs Moricz nia sa rencontre avec Däniken par la suite, jetant ainsi curieusement le discrédit sur Däniken et son travail.

À la fin des années 70, Gabriele D’Annunzio Baraldi a longtemps visité Cuenca, où il a rencontré à la fois Carlo Crespi et Juan Moricz. A cette occasion,

Carlo Crespi confia à l’Italo-Brésilien que la Cueva de los Tayos était insondable et que les milliers de ramifications souterraines n’étaient pas naturelles, mais plutôt faites par l’homme dans le passé.

Pourtant en 1975 l’ingénieur écossais Stan Hall avec le soutien d’une douzaine d’Institutions et l’astronaute américain Neil Armstrong, rencontre Moricz cette année là et décide une grande expédition en 1976 pour Los Tayos.. Il découvre l’entrée impressionnante , qui s’aborde par un puits de 65m de profondeur conduit à des passages spatieux sur 5 km environ de longueur, atteignant jusqu’à 240 m de profondeur. Au cours de cette expédition qui dura 18 mois avec de nombreux scientifiques et une centaine de soldats, on découvrit 400 nouvelles espèces de plantes, une tombe datant de 1500 Av JC, un réseau souterrain artificiel et naturel impressionnant mais aucune trace du trésor n’est révéler.

Voici les photos de certains des endroits et des participants.

  • Tayos Tomb artefacts now in the Univesidad Catolica in Quito
  • Botaniste Dr George D'Argent avec ornithologue Dr Barbara Snow
  • Au revoir du biologiste Dr Dieter Pedersen
  • Géo-scientifique Dr G Jeffries
  • Entomologiste Dr Mark Collins
  • Botanistes Drs Brindsley Burbridge et George D'Argent
  • Zoologiste Dr Tjitte de Vries
  • Forces spéciales équatoriennes
  • British spéléologie et équipes médicales
  • Capitaine Luis Fernandez avec Armstrong
  • Armstrong au camp de Tayos
  • Armstrong et Pete Holden (partie la plus profonde du système de caverne)
  • Hall et Armstrong à Santiago
  • Neil Armstrong Deuxième petit pas
  • Plus d'objets du tombeau de Tayos
  • Padre Pedro Porras à la découverte du tombeau Tayos
  • Dr John Frankland avec Pete Holden à la découverte de la tombe
  • Accueil musical du chaman Tayos 'Geronimo'
  • Équipages de Riverboat
  • Météo typique du camping
  • Secteur du camping Tayos
  • Tayos Salle à manger
  • Marines britanniques arrivant en 1976
  • Transport de l'équipement
  • Arrivée de l'expédition Tayos (héliport de Santiago 1976)
  • Avec Philip Maxwell et le Dr Olaf Holm (Base militaire de Santiago, 1975)
{image.index}/{image.total}

La vidéo ci-dessous montrent la rencontre entre le père Crespi et l’ingénieur Stan Hall qui lui aussi ira faire une expédition et découvre sa surprenante collection d’objets reçu par les Shuar, des plaque en or et d’argent avec de curieux inscriptions.

C’est que Stan Hall n’avait pas encore rencontré Petronillo Jaramillo pour lui indiquer la bonne entrée du bon réseau souterrain. Cependant plus tard après qu’en 1996 Jaramillo rencontra enfin Hall et q’une nouvelle expédition fut projetée pour 1998, l’équatorien meurt assassiné en 1998, un jour où il portait une forte somme d’argent sur lui. Hall ne se démonte pas et fait une expédition avec le fils de l’équatorien: Mario Petronio Jaramillo en 1998 pour juste reconnaître les lieux essayer de faire une carte pour y revenir. Il ne trouva pas d’entrée intéressante. Il retourna en mai 2000 et en janvier 2005 se sentant vieillir (il mourut récemment) et étant fatigué des paperasseries administratives et du manque de solidarité humaine, il donna les coordonnées de ce qu’il pense être la bonne entrée à tous ceux désirant chercher davantage : 77°47’34″Ouest et 1°56’00″ Sud.

Stan Hall avec Petronio Jaramillo 1996

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :