La mafia juive et la révolution ukrainienne par Laurent Glauzy

La mafia juive et la révolution ukrainienne par Laurent Glauzy

veau-d-or-de-damien-hirst-piece-phare-de_fbdf26f3a1f74dc39600c37444b0bf92Dans l’article Mafia ebraica a Kiev, e loro animali parlanti (La mafia juive et leurs animaux parlants), Maurizio Blondet, journaliste et écrivain catholique traditionnaliste italien, expose que l’Ukraine a elle aussi son propre milliardaire, un juif louche, à la façon de Mikhaïl Khodorkovski : nommé Viktor Mykhaïlovytch Pinchouk, le plus riche oligarque d’Ukraine, soutient l’entrée de ce pays dans l’Union européenne (UE).

Né en 1960, à Kiev, dans une famille d’ingénieurs métallurgistes ayant appartenu à la nomenklatura communiste de la ville industrielle de Dniepropetrovsk, Viktor Pinchouk suivit l’exemple de ses parents en devenant lui-même ingénieur en métallurgie.

Les privatisations frauduleuses

Juste après la chute du communisme, en 1990, Pinchouk fonda une entreprise privée,Interpipe, qui produit de la tuyauterie, notamment pour le secteur pétrolier et gazier. Cette société profita du pillage opéré lors de la première privatisation « suggérée » par les consultants libéraux de la Chicago School of Economics.

Commonwealth, qui importe du gaz naturel d’Asie centrale. En 2004, Interpipe est la première société ukrainienne à participer au World Economic Forum de Davos.Quand Maurizio Blondet mentionne que « Pinchouk, à la tête d’un petit empire métallurgique, collabore avec la blonde à la fausse natte, Ioulia Tymochenko, d’origine juive, protégée du gouverneur et tyran de la province de Dniepropetrovsk, Pavlo Lazarenko. Ce milliardaire juif, devenu Premier ministre ukrainien en 1997, acquit une villa de 60 millions de dollars, en Californie, pour blanchir ses capitaux ». Dans les années 1990, Pinchouk et Tymochenko fondèrent la société Tymochenkoentra au gouvernement, en 2005, Pinchouk la délaissa pour s’associer au deuxième oligarque du pays, Rinat Akhmetov (un Tatare). Pour 800 millions de dollars, ils s’adjugèrent la gigantesque aciérie Kryvorizhstal, récemment privatisée et qui employait 57 000 ouvriers. Néanmoins, Viktor Iouchtchenko, le nouveau et troisième président (2005-2010), qui avait chassé Tymochenko du fauteuil de Premier ministre, contesta cette acquisition devant les tribunaux. Résultat : la méga-aciérie fut vendue àArcelor Mittal pour 4,8 milliards de dollars, sa vraie valeur !

En 2006, Pinchouk fonda la EastOne, une société financière avec un portefeuille spécialisé dans le métal, la sidérurgie, les tuyaux et le matériel ferroviaire, dont le siège est à Londres. Le milliardaire possède aussi quelques médias, quatre chaînes de télévision, ainsi que Fakty i Kommentarii, journal à scandales russophone avec un tirage d’un million d’exemplaires. Comme Khodorkovski ou encore George Soros, Pinchouk utilise aussi ses médias comme instruments pour ses ambitions politiques.

La Shoah au détriment des Koulaki

En 2004, il créa une organisation internationale indépendante, la Yalta European Strategy (YES), lobby qui œuvre pour l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Chaque année, la YES tient un forum fastueux auquel sont conviés de grands noms de la politique comme Bill Clinton et son épouse Hillary Clinton, Tony Blair, Condoleezza Rice, Paul Krugman, Shimon Peres ou Dominique Strauss-Kahn. En outre, Pinchouk est marié à Elena, la fille de Leonid Koutchma, président ukrainien de 1994 à 2005.

Elena Pinchouk est également connue sous le nom d’Elena Franchouk (du nom de son premier mari). Elle préféra porter ce patronyme quand elle devint une « dame d’affaires et une philanthrope » à Londres. Dans le district londonien de Kensington, elle acheta une résidence de 80 millions de livres sterling, où elle invita des amis comme Elton John, Miuccia Prada et Steven Spielberg. Avec ce dernier, propagandiste de la religion holocaustique, la famille Pinchouk finança un documentaire sur la shoah en Ukraine, conçu pour culpabiliser le peuple chrétien ukrainien sur « l’extermination des juifs », alors que ces chrétiens avaient subi l’holodomor (grande famine de 1932 et 1933 ayant causé entre 2,6 et 5 millions de victimes). Ce documentaire de Spielberg est distribué gratuitement à toutes les écoles. Des « volontaires », rétribués par Pinchouk, parcourent le pays pour découvrir et ouvrir les fosses communes dans lesquelles, expliquent-ils aux écoliers, « ce ne sont pas des restes de millions de kulakimorts de faim, mais plutôt des juifs innocents assassinés par des nazis ». L’un des propagandistes collaborant à cette réécriture de l’histoire est le « prêtre catholique français » Dubois, qui fonda l’organisation Holocaust by Bullets, subventionnée par Pinchouk.

L’art dégénéré et le veau dans du formol

À Londres, madame Franchouk et son second mari, Pinchouk, passent pour de généreux mécènes. Pour 10,3 millions de livres sterling, ils acquirent le « veau d’or », un véritable veau plongé dans du formol, avec un disque d’or massif entre les cornes. Cet Entartete Kunst (art dégénéré) est l’œuvre du juif britannique Damien Hirst.

Forbes estime le patrimoine du couple Pinchouk à 3,8 milliards de dollars. Maurizio Blondet atteste que cette fortune s’est constituée grâce à la politique du père et du beau-père Koutchma, deuxième président ukrainien de 1994 à 2005. Ce vieux nomenklaturiste soviétique, qui devint tout à fait sincèrement partisan du libéralisme, entreprit les privatisations recommandées par l’Occident, avant d’être emporté par la « révolution orange ». Koutchma fut accusé, non sans raison, d’avoir fait disparaître quelques journalistes qui lui étaient hostiles, comme le goy Gueorgui Gongadzé, dont le corps fut retrouvé, en septembre 2000, des mois après son décès, dans une forêt située à soixante-dix kilomètres de Kiev. On découvrit qu’il avait été partiellement immergé dans de l’acide alors qu’il était encore vivant. Le 4 mars 2005, l’ancien ministre de l’Intérieur Iouri Kravtchenko, soupçonné d’être impliqué dans l’affaire, fut, retrouvé mort dans sa datcha de la banlieue de Kiev. La police conclut à un suicide.

Pinchouk, le gendre de Koutchma, soutint ensuite le successeur de Koutchma, Viktor Ianoukovytch, qui devint le quatrième président de l’Ukraine (2010 à 2014). Ayant refusé l’accord avec l’UE, il fut chassé du pouvoir par la vague de « protestation populaire » de la place Maïdan.

Le Pro-européen

Au commencement des manifestations, Pinchouk ne se prononça pas personnellement, mais ses chaînes de télévision soutinrent les partisans de l’adhésion à l’Europe. Ensuite, quand Koutchma prit parti pour les manifestants de la place Maïdan, Pinchouk prit aussi sagement parti pour eux, leur fournissant même des boissons chaudes, afin de montrer qu’il était résolument redevenu pro-européen.

En outre, Pinchouk est membre et financier de la Brookings Institute, think tankaméricain sioniste. Selon Maurizio Blondet, on pourrait donc penser que, grâce à l’instrumentalisation de la place Maïdan, la mafia talmudique livrera l’Ukraine dans la gueule de l’eurocratie. Toutefois, les choses sont plus compliquées. Le journaliste italien avance que « la mafia ukraino-juive est divisée par des rivalités d’affaires qui sont aussi politiques : Pinchouk est en conflit avec Gennady Bogoliubov et IgorKolomoisky, deux autres oligarques juifs (respectivement les deuxième et troisième hommes les plus riches du pays) ». Pinchouk les traîna devant un tribunal de Londres, les accusant d’avoir fait disparaître l’équivalent de 143 millions de dollars. Ces oligarques résident tous les trois dans la capitale britannique.

Il est étrange d’observer que, régulièrement, ces soi-disant mécènes et philanthropes couvrent d’or des avocats, ainsi que des artistes londoniens et américains, au détriment des Ukrainiens nécessiteux, qui n’ont droit à aucune attention. Bien au contraire, les goyim, saignés à blanc, sont dépossédés des immenses richesses du pays de leurs ancêtres.

Les Femen et l’Open World Leadership Institute

Ce sont ces mêmes oligarques qui financent les Femen, dont l’une des fondatrices, Anna Hutsol, suivit une formation aux États-Unis, sur invitation de l’Open World Leadership Institute, organisme soutenu par le Congrès américain et George Soros. C’est cette même organisation qui prépara quarante représentants politiques et médiatiques pour faire de l’Ukraine une démocratie occidentale aux ordres d’une caste de francs-maçons, de pédocriminels, de banquiers et de satanistes. Bref, un monde pas du tout chrétien, adorateur du veau d’or.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>